Les arts martiaux ont existé depuis plusieurs années déjà.  En tant qu’art, il enseigne tout d’abord la personne à avoir une bonne maîtrise et confiance en soi. Et ces dernières vont faire comprendre aux pratiquants que le but n’est pas d’utiliser ses expériences pour provoquer et semer des bagarres partout, la connaissance d’un art martial est plutôt destinée à se défendre et à apprendre aux autres l’importance de la paix. Néanmoins, ils font partie des sports, dans ce cas, le port d’une tenue est obligatoire. Afin de mieux connaître la différence entre eux, il est nécessaire de voir ses particularités : le kimono jiu-jitsu brésilien, le judogi, l’aikido-gi, et le karaté-gi.

Le kimono jiu-jitsu brésilien

Il s’agit ici du sportswear utilisé pour pouvoir pratiquer le jiu-jitsu. De base, toutes les zones stratégiques composant cette tenue sont renforcées par des doublures. Et cela lui permet de ne pas se déchirer facilement lors des combats et d’optimiser la pratique de cette discipline. Avec la veste, toutes les coutures sont bien travaillées, sur le torse, au niveau des aisselles et aussi, les fentes. Et afin de maintenir une rigidité prononcée et une complication de strangulation, le col est rembourré avec du caoutchouc. Quant aux manches, elles sont toujours larges pour que les combattants puissent se sentir à l’aise et auront plus de liberté sur la pratique des mouvements. Avec le pantalon du jiu-jitsu, tout a également été renforcé. Une doublure sur la devanture des jambes, et un ceint de bandelette au niveau de la taille. Sur le plan commercial, il existe cinq différents types de kimono jjb : le single weave, le pearl weave, le double weave, le gold weave, et le ristop. Il suffit de choisir le bon kimono JJB qui vous convient.

Le kimono de judo

Le kimono de judo est aussi appelé judogi, c’est un mot japonais désignant cette tenue de combat. Trois éléments sont indispensables et obligatoires à porter lors de la pratique de cette discipline : un uwagi qui n’est que la veste, le zubon ou le pantalon, et l’obi pour la ceinture. Ces composants ont été conçus afin de permettre aux pratiquants de mieux effectuer ses mouvements. Et c’est pour cette raison aussi qu’il doit correspondre parfaitement aux tailles du judoka. Un judogi trop serré ou trop près du corps n’est pas permis puisque cela fait partie des règlements intérieurs de judo. Il existe plusieurs matières pour faire cet accoutrement, mais les plus recommandés restent le coton et le polycoton. Le coton est plus résistant ce qui permet à ces tenues de ne pas s’user facilement face aux lavages répétitifs. D’ailleurs, c’est ce qui permet également aux judokas de se sentir plus légers, car cette matière est très souple. Le polycoton de son côté est destiné pour les pratiques plus rudes puisqu’il est plus résistant aux tiraillements et ne se déforme pas rapidement.

Le kimono d’aïkido

Pour une meilleure pratique de l’aïkido, il est aussi indispensable de porter les tenues adaptées à celui-ci. L’aikido-gi s’est inspiré du judogi, mais en réalité, ils ne sont pas les mêmes. Il ne dispose pas de couture dans le dos de sa veste pour faciliter la chute. Généralement, ses manches sont raccourcies et ajustées au niveau des poignets pour donner un air plus moderne. Au niveau du commerce, ils sont proposés en trois différents types ; légers, classique et lourd. Les modèles légers qui sont destinés à être utilisés durant les saisons chaudes. Son tissu fin permet de mieux réguler la transpiration du pratiquant. Concernant les modèles classiques, comme son type l’indique, sont faits avec des tissus d’épaisseur moyenne. C’est l’aikido-gi le plus apprécié, car il est adapté pour tous les combats et toutes les saisons. Et enfin, le kimono d’aïkido lourd qui profite d’une matière exceptionnelle, tissé suivant un tissage de grain de riz. Et c’est pour cela qu’ils sont très épais et très adaptés aux saisons de froid.

Le kimono de karaté

Le karaté-gi constitue l’équipement utilisé pour pratiquer le karaté. Il est composé de trois éléments comme le judogi, seulement, ils n’ont pas les mêmes spécificités : une veste, une ceinture, et un pantalon. La veste dispose des manches longues et évasées jusqu’aux poignets. La ceinture plus ou moins épaisse avec une couleur ou deux couleurs superposées selon le grade du pratiquant. Et un pantalon avec une coupe droite pas trop large. Mais ils sont souvent proposés quant aux mouvements adoptés par le karatéka : kumité, entraînements ou kata. Le kimono de karaté est fait de base par des fibres de coton et adapté pour tous les pratiquants, pour les enfants, pour les femmes, et pour homme. Dans le commerce, quatre types de karaté-gi sont disponibles : très légers, légers, moyens et lourds. Les modèles très légers sont faits avec du polyester et les légers en coton, mais tous les deux permettent au combattant de pratiquer tous les techniques possibles avec aisance absolue. Celui en modèle moyen est standard et approprié à toutes les pratiques et très apprécié. Quant aux modèles lourds, il est conseillé notamment pour le kata.